Skip to content

Réduction des pollutions de l’eau aux nitrates : La Chambre d’agriculture de Seine Maritime appelle les agriculteurs à la désobéissance!?

Un courrier adressé par le président de la Chambre d’Agriculture de Seine-Maritime à tous les agriculteurs seino-marins, en date du 8 octobre, interroge quant au sens des responsabilités de cet organisme.

Chacun le sait, la pollution aux nitrates de la ressource en eau potable haut-normande flirte dangereusement avec des niveaux au delà desquels sa consommation menace la santé publique, tandis que la qualité des eaux de la Baie de Seine et de la mer du Nord est gravement atteinte.

L’agriculture, en Haute-Normandie comme ailleurs, ne produit pas toutes les pollutions par les nitrates, mais une part majoritaire, 66 %. C’est pourquoi l’Etat a décidé de renforcer la protection des zones vulnérables en prescrivant la réduction des doses d’azote employées, La limitation des périodes et des dates d’épandage, la couverture des sols destinée à limiter infiltrations et ruissellements.

Il faut souligner le caractère actuellement peu contraignant de ces prescriptions. Il suffit de se promener dans nos campagnes pour y constater, faute de contrôles, le retournement massif des sols laissés à nu. De même, les projets d’arrêté de délimitation des zones de captage Grenelle restent en souffrance.

Depuis l’adoption de la directive européenne nitrates… en 1991, sa mise en œuvre est, en France, sans cesse différée suite aux pressions des représentants officiels de la profession agricole, mettant notre pays sous menace permanente de contentieux.

Au regard de l’intérêt général et de l’urgence sanitaire, Il est inacceptable que le président de l’organisation financée par les pouvoirs publics pour accompagner la profession, conteste ouvertement « les nouvelles orientations définies aux niveaux national et régional » pour réduire les pollutions, qu’elle discrédite les mesures prises, et qu’elle appelle de fait les agriculteurs à la désobéissance.

Une proportion importante des exploitations agricoles sont aujourd’hui fragilisées par l’orientation libérale et productiviste de la PAC.

L’urgence est non pas de freiner mais de renforcer l’accompagnement de la transition des modes d’exploitation vers des systèmes à la fois plus respectueux de l’environnement et de la santé des consommateurs, plus créateurs d’emplois, plus rémunérateurs pour les paysans.

Il est regrettable que le président de la chambre de Seine-Maritime invite ainsi les paysans à foncer dans le mur en klaxonnant.

Perrine HERVE-GRUYER et CLAUDE TALEB

conseillers régionaux EELV de Haute Normandie

6 Commentaires Post a comment
  1. D'hubert #

    Bonjour,
    Il est malhonnête de laisser entendre que le Président de la Chambre d’Agriculture appelle à la désobéissance des agriculteurs .
    Il serait honnête de présenter le courrier dans son intégralité . Le Président explique simplement que l’Administration ne prenant pas en compte les remarques positives d’amélioration étayées par 20 ans d’expérimentation agronomique ; la Chambre d’Agriculture laissera l’Administration le soin d’expliquer à la profession les nouvelles contraintes .
    Elle s’engage comme elle l’a toujours fait à accompagner les agriculteurs dans l’évolution de leurs pratiques, donc bien sûr dans l’application de ce 5eme arreté.
    Il est encore plus malhonnête de votre part laisser croire que les agriculteurs sont libres de retourner leurs prairieC’est completement faux. . Pour ma part je réalise depuis 1992 les dossiers PAC des agriculteurs et je sais ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas .

    Voilà bien des propos malveillants de la part d’un parti qui ne connait que très approximativement l’agronomie et l’agriculture , mais qui sait très bien jouer sur les peurs des consommateurs : OGM, nitrates, toujours prompt à accuser les agriculteurs de tous les maux ou de les plaindre comme des victimes de Monsanto et ainsi dresser une partie de la population contre une autre .
    Merci pour vos lecteurs de faire figurer le texte de Monsieur Fihue afin que vos lecteurs jugent de votre accusation . Je peux vous en adresser la copie en PDF ; ce serait plus honnête. merci d’avance

    octobre 26, 2012
  2. Claude #

    Cher M D’Hubert,
    Le courrier du pdt de la Chambre est en lien dans la première phrase du billet (2 ème mot), à la disposition des lecteurs.
    Si on appelle un chat, un chat, l’appel à la désobéissance est évident.

    Et votre « argumentaire » a la consistance de la langue de bois dont sont friands vos dirigeants.

    Mon parti « ne connaît que très approximativement l’agriculture et l’agronomie » dites vous, avec toute l’objectivité d’un conseiller de la chambre…
    Peut être? Notez que ce sont justement des agriculteurs destinataires de votre courrier, scandalisés, qui me l’ont transmis.
    Notez aussi que selon moi, la pollution de notre ressource en en eau par les nitrates et par les herbicides, on peut aussi en parler, est un sujet trop sérieux, trop grave, pour la santé publique, pour rester du domaine de décision réservé de certains dirigeants ou techniciens agricoles.
    Ne serait ce que parce ce sont tous les citoyens et les consommateurs qui payent les factures de dépollution et le prix pour notre santé.
    Et, puis, puisque vous en parlez, vos 20 années de « remarques positives » n’ont pas été suivies de beaucoup d’effets concrets. C’est le moindre que l’on puisse dire, alors qu’on devait diminuer de 50% les phytos d’ici 2018, le Ministre de l’agriculture vient de déclarer que leur usage avait augmenté de 3% en 2011.
    Les retournements de prairies sont.. visibles à l’oeil nu, de même que les défauts de semis de couverts végétaux interculture. La conséquence nous la connaissons : les traitements de novembre iront encore plus directement dans les nappes, on va encore battre des records de pollution.

    Je vous laisse à votre défense des OGM et de Monsanto…

    Quant à l’argument qui consiste à vouloir faire croire que j’accuse « les agriculteurs » de tous les maux, il est lui aussi éculé.
    Je suis au contraire partisan actif d’un dialogue constructif et d’une coopération de tous les acteurs, privés et publics. Partisan aussi des aides qui vont avec et qui sont nécessaires, pour accompagner la transition de l’agriculture vers des modes d’exploitations à la fois plus respectueux de l’environnement et plus pourvoyeurs de produits locaux de qualité comme d’emploi agricole.

    Cela suppose que tout le monde joue le jeu. Que les politiques publiques de protection de nos ressources, notre eau, nos sols, soient soutenues par ceux qui sont sensés représenter toute la profession. Que les dialogues oient suivis d’effets. Que les contrats ou et les conventions soient respectés.

    octobre 26, 2012
  3. D'hubert #

    Bonsoir Monsieur,
    La chambre d’Agriculture est bel et bien l’outil de la mise en place des directives nitrates qui se sont succédées quoique vous en pensiez . La mise en place de la directive eco phyto , de même . Les formations écophyto liées au grenelles de l’environnement de même. Le developpement de l’agriculture intégrée ( durable) est bien le fait des Chambres d’Agricultures de l’Eure comme celle de Seine Maritime . Laissez moi vous dire que je suis scandalisé par la teneur de vos propos sans nuances qui décrédibilise en ce qui me concerne plus de 20 ans de travail en faveur d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement . Votre accusation est démagogique . c’est tout

    Vous devriez savoir que c’est la climatologie qui explique le developpement des maladies et parasites et que les 3 % de hausse de phytos en 2011 devraient être suivie d’une hausse encore probable en 2012 du fait de la météo .
    Je vous accorde une certaine justesse quand vous supposez qu’il devrait y avoir des fuites de nitrate cet automne avec les fortes pluies . Et pourtant on a 100 % de sols couverts . On en trouverait même chez les bios ou sous des herbages ! . Nous pourrions trouver un terrain d’entente si je vous montrais des résultats d’essais sur les couverts d’interculture ou de désherbage alternatif , si le sujet vous intéresse, mais s’il vous plait, ne venez pas accuser devant vos lecteurs ceux qui qui connaissent le sujet et y travaillent .
    Si vous déplorez qu’une partie des éleveurs aient abandonné la production laitiere , on n’entend pas beaucoup votre parti les défendre le prix du lait . Alors,ne trompez pas vos lecteurs en les laissant croire qu’il peuvent retourner librement un herbage, même s’il est vrai qu’une partie des herbages a disparu en Seine Maritime .
    Recherchant la concorde et une agriculture toujours plus respectectueuse de l’environnement, je terminerais en vous proposant de publier à vos lecteurs un ou deux travaux agronomique réalisé à la Chambre sur les pieges à nitrates ,la fertilisation azotée, ou le desherbage mécanique ; ce serait une belle façon de ne pas salir nos agriculteurs qui ont élu Monsieur FIHUE .

    octobre 27, 2012
  4. Claude #

    Ca fait bientôt 3 ans que je pilote le dialogue entre la Région Hte Normandie et les 3 chambres , normande, 76 et 27.
    Dialogue serré mais fructueux, puisqu’il permet un soutien régional à un programme d’actions précis : l’accompagnement technico-économique des installations, l’amélioration des coûts d’exploitation (via l’autonomie alimentaire des élevages et les économies d’ énergie), la sensibilisation des agriculteurs conventionnels à l’agriculture bio, l’appui opérationnel à un groupement de producteurs de chanvre, le développement de l’agro-foresterie, le soutien aux filières de proximité.
    Je dirai que la condition impérative de ce dialogue est la franchise.
    Vos dirigeants n’en sont d’ailleurs pas dépourvus. Ce n’est pas à sens unique.
    Je revendique et assume le droit et même l’obligation à dire les choses quand j’estime que le contrat n’est pas respecté, et c’est le cas!

    A coté de cela vos mises en cause de mon parti montrent juste que votre discours professionnel et technique n’est en réalité lui même pas dénué d’arrières pensées politiciennes.

    Quitte à vous faire crier, je vous suggère un point d’amélioration dans vos argumentaires. L’acceptation de la diversité des points de vue et de la critique est une part importante de la responsabilité que vous prétendez exercer: cessez donc d’accuser toute personne ou organisation qui remet en cause les modèles productifs et économiques qui ont votre préférence de « salir nos agriculteurs ».
    Tout le monde s’en portera mieux !

    octobre 28, 2012
  5. D'hubert #

    très bien. Que chacun continue à travailler au service de l’agriculture et des habitants du département . Retenez que je n’ai pas du tout la même lecture que vous du courrier du Président de la chambre d’Agriculture qui n’appelle en aucun cas à la désobéissance des agriculteurs .

    octobre 28, 2012

Trackbacks & Pingbacks

  1. Nitrates : la Région exprime ses réserves sur le projet de plan d’action du Préfet | Pour un new deal écologique

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS

POUR UN NEW DEAL ÉCOLOGIQUE écologiste, conseiller régional de Normandie