Skip to content

Relance du Parc des 2 Côtes : une chance pour l’économie de la Haute-Normandie

Concluant la Conférence environnementale  Jean Marc Ayrault a confirmé le lancement d’ici fin 2012 d’un nouvel appel d’offres portant sur la construction de 2 parcs éoliens offshore, au Tréport et en Vendée.

 

Pour attendue qu’elle soit, cette annonce est à mettre au crédit du gouvernement, qui n’aura pas tardé, en la matière, à traduire sa parole en actes et à effacer le coup d’arrêt du gouvernement Fillon en avril dernier.

Alors que nous approchons les 11% de chômage, c’est évidemment une bonne nouvelle pour l’avenir de l’emploi industriel dans notre région. C’est la promesse d’une économie régionale moins dépendante des énergies fossiles et carbonées, plus « durable ».

Après l’annonce de la construction du Parc de Fécamp intervenue en avril dernier, il ne fait aucune doute que la décision de construire le Parc des Deux Côtes, au large du Tréport, maximise nos chances  de consolider le projet d’une nouvelle filière industrielle économique complète, de l’amont à l’aval :

la recherche&développement avec les projets Win 1 et Win 2, et l’installation de démonstrateurs d’éoliennes de nouvelle génération sur le Port du Havre et .. au large de Veulettes. Le catalogue des formations établi par la Région. Les usines dont Areva a annoncé la construction au Havre pour… fabriquer et assembler des turbines à destination de parcs situés Outre Manche et donc peut être demain au Tréport… la maintenance des parcs qui apportera du travail aux ports de Fécamp, de Dieppe, du Tréport. Entre 400 et 700 emplois sont annoncés dans les usines, auxquels s’ajouteront les emplois de maintenance et ceux des PME régionales dont les savoir-faire seront requis par les constructeurs et exploitants. Au total, plusieurs milliers d’emplois industriels pérennes, de tous niveaux, des perspectives concrètes pour les ressources et les compétences dont notre région est pourvue dans la navale, la mécanique, la métallurgie…

La valeur ajoutée emploi-économie de cette filière est, pour la Haute-Normandie et la conversion écologique de son économie, considérable.

C’est de surcroît un enjeu essentiel, du point de vue de la faisabilité même de la transition énergétique.

Le Parc des 2 Côtes, qui sera implanté au large du Tréport, ce seront 140 éoliennes pour une puissance de 700 mégawatts, correspondant à la consommation électrique d’une ville de 900 000 habitants.

Un deuxième appel d’offres national est prévu en 2013 pour rattraper le retard français en matière d’éolien en mer.

Souhaitons que le projet de Veulettes renaîtra de ses cendres et pourra accueillir Win 2.

Espérons, le débat national sur l’énergie étant passé par là, que tous les élus socialistes haut-normands auront alors fait leur deuil de l’EPR de Penly et investiront, enfin, leur énergie dans le soutien à l’efficacité énergétique et aux renouvelables.

L’histoire des énergies dans notre pays est éclairante. Le choix du nucléaire, en monopolisant les investissements de recherche, a bloqué l’essor des renouvelables. Le seul mix énergétique réaliste, c’est celui qui verra la cohabitation des alternatives montant en puissance avec la décroissance puis la sortie du nucléaire.

En l’espèce, non plus, on n’aura pas le beurre et l’argent du beurre.

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS

POUR UN NEW DEAL ÉCOLOGIQUE écologiste, conseiller régional de Normandie