Skip to content

4 janvier 2016, la Normandie

Aujourd’hui se déroule à Rouen la première assemblée plénière de la Normandie unie.

Conseiller régional écologiste élu le 13 décembre dernier sur la liste d’union des gauches et des écologistes, je dois au respect du choix des électeurs de saluer celui qui dirigeait la liste des droites et des centristes, qui sera le premier Président de la nouvelle collectivité. Je souhaite donc à Hervé Morin et à son exécutif, de réussir, pour la Normandie, pour ses habitants.

Il aura fort à faire dans un contexte des plus difficiles alors que se tourne la page d’une annus horribilis au cours de laquelle les habitants de notre pays, quelles que soient leurs nationalité, leurs origines, leurs choix religieux, ont été en début et en fin d’année, violentés, meurtris par les actes criminels sans précédents que chacun conserve en mémoire.

C’est à l’Etat qu’il appartient d’assurer la sécurité et la paix civile.

Mais chacun de nous doit prendre sa part en commençant  par ne pas faire aux assassins le cadeau de sauter à pieds joints dans le piège qu’ils nous proposent, eux dont les ennemis sont la démocratie et les libertés publiques, et l’unique programme, la guerre civile planétaire.

Faire honneur à la démocratie, la défendre comme notre bien le plus précieux.. cela concerne les élus régionaux que nous sommes.

Cela appelle par exemple un dialogue civil renouvelé, dans cette enceinte et au delà, pour redonner sens et espoir, co-construire avec les normands, les réponses et les solutions adaptées aux défis de notre époque : les inégalités, l’emploi, le climat, l’environnement, la résolution non violente des conflits..

Elu écologiste en Normandie, je vais donc au cours de ce mandat me mobiliser sur un unique « front », celui du débat d’idées, de la comparaison  et de la confrontation des options, avec la modestie de ceux qui n’ont pas réussi autant qu’ils l’ambitionnaient.

Les écologistes sont aujourd’hui très minoritaires dans l’assemblée de Normandie.

Il faut le reconnaître : alors que la crise écologique se révèle peu à peu aux yeux du monde, nous n’avons pas su convaincre comme nous y étions parvenus en 2010. L’heure de l’examen de conscience a sonné pour l’écologie politique.

Nous avons échoué à faire de sorte, dans notre belle région, que le débat électoral porte sur la Normandie, sur les politiques régionales, et sur les enjeux cruciaux de la transition écologique et et de la transition énergétique, ceci alors que notre pays accueillait le monde pour la COP 21.

Mais s’il n’est pas illogique de considérer que les écologistes portent une responsabilité première sur le faible écho de la COP 21 dans le débat des régionales, cela ne retire rien aux responsabilités de tous les candidats, de tous les partis. Tous ceux qui ont initié ou accompagné le glissement du débat sur des enjeux sécuritaires, hors compétences de la région, ou qui ont voulu transformer le débat régional en référendum sur la politique du gouvernement, ont fait un choix lourd de conséquences. Il leur revient d’assumer la responsabilité de ce débat dévoyé et du temps perdu, et de le rattraper

Les élus écologistes sont certes peu nombreux à la Région Normandie mais ils représentent 70 000 normands, c’est loin d’être négligeable, qui ont mis le 6 décembre un bulletin Yanic Soubien dans l’urne. Cher Yanic qui manque beaucoup à cette assemblée et à l’écologie à la Région, et que je salue et remercie pour pour son engagement, son énergie, son talent, sa générosité.

Les élus écologistes normands l’ont été sur un projet concret, régional, d’écologie positive, d’écologie des solutions. Les solutions de la société civile écologiste -les défricheurs, les entrepreneurs du changement- tous ceux qui s’engagent parfois à contre courant dans des combats citoyens dont le seul objectif, rappelons le, est désintéressé, et consiste à préserver ici des milieux humides ou des terres agricoles, là des petits coins de paradis menacés par des aménagements irréfléchis, disproportionnés.. ailleurs à convaincre qu’il n’est vraiment ni raisonnable , ni responsable, de s’entêter dans cette folie nucléaire qui est une spécificité hexagonale qui ne contribue ni à notre rayonnement , ni à notre attractivité..Et aussi tous ces citoyens qui font dès à présent le choix de la transition, parce qu’ils ont la conviction qu’il est beaucoup plus porteur pour l’avenir de notre territoire d’investir dans la formation et la création des emplois de l’économie verte, de l’économie créative et culturelle, de l’économie sociale, solidaire, collaborative, le développement local, que dans les activités consommatrices de ressources fossiles et/ou dépendantes de l’économie casino.

En préparant cette séance, je me suis appliqué à mieux connaître les positions de celui qui la préside désormais. Il est bien difficile de trouver la trace des mots « climat » et « COP 21 » dans ses discours et documents de campagne. Une recherche Google Hervé Morin / COP 21 aboutit sur le soutien bruyant du Pdt de LR venu à Rouen le 30 novembre soutenir H. Morin et se plaignant « qu’on en fasse trop sur la COP 21 » !?! L’intervention inaugurale du président Morin, à peine élu, renforce cette inquiétude : les mots environnement, climat, COP 21, ne figurent décidément pas dans son dictionnaire!

Tout au long de la campagne, lorsqu’il a parlé écologie, le candidat Morin l’avait essentiellement fait pour mettre à l’index, désigner à la vindicte , ceux qui à le croire seraient responsables de beaucoup des maux de notre région : les écologistes !

Monsieur le Président Morin,

Ce ne sont pas les écologistes qui seront victimes d’une casse  des mesures d’accompagnement de la transition agro-écologique engagées en Haute comme en Basse Normandie ces dernières années. Ce sont les agriculteurs eux mêmes, particulièrement les éleveurs, qui seront les victimes du retour éventuel aux politiques agricoles menées depuis des décennies et qui les ont déjà mis dans les difficultés d’aujourd’hui !

Ce ne sont pas les écologistes qui seront les victimes d’extensions inconsidérées et illimitées des domaines portuaires, ce sont les milieux naturels et humides qui font l’attractivité et la réputation touristique de nos territoires

Ce ne sont pas les écologistes qui seront les victimes d’une hypothétique concrétisation de vos promesses routières tous azimuths.. ce sont les transports collectifs, les trains du quotidien, les transports publics urbains…qui attendent des investissements , ce sont les finances publiques qui ne seront forcément mises en danger par les ruineux partenariats publics privé auxquels vous ferez fatalement appel pour financer les caprices routiers de vos amis.

Ce ne sont pas les écolos qui seront les victimes de remises en cause du soutien volontariste à l’économie sociale et solidaire, à l’emploi culturel, aux emplois aidées, ce seront les personnes qui trouvent dans ces politiques l’espoir et les moyens de lutter concrètement pour l’accès à l’emploi

L’opposition de Normandie Ecologie sera une opposition motivée, résolue…

Mais la majorité d’aujourd’hui pourra aussi compter sur nous – je serai le premier à admettre le cas échéant que mes inquiétudes étaient exagérées ou infondées – à chaque fois que sera fait le choix de préparer notre territoire aux enjeux d’adaptation au changement climatique et de préservation de la biodiversité.  A chaque fois, aussi, que la majorité fera front au Front et s’opposera aux fausses solutions ou aux outrances dont il est coutumier.

crédit photo : Thomas Tanguy https://thotanguy.wordpress.com/
5 Commentaires Post a comment
  1. nous avons eu la pire ministre du logement depuis 1789. A vouloir trop protéger les locataires les logements seront vendus pour être occupés par leur nouveau propriétaire, 30 % des logements qui sont relouables sont vendus. D’où moins de logement sur le . Si vous ne comprenez pas ça, les électeurs vous le rappellent (c’est le cas à Paris)

    janvier 4, 2016
    • Cauchy Benoit #

      J’ai effectivement du mal à comprendre où disparaissent les logements vendus ! Comment la vente de logements peut elle faire diminuer le nombre de logements ? Ou alors vous ne parlez que des logements à louer mais ceux qui les ont achetés ne sont plus non plus sur le marché des demandeurs , ce qui doit équilibre les choses ? Non ?
      Bigben

      janvier 5, 2016
  2. J’espère que les écologistes vont aider nos agriculteurs, ils souffrent énormément , mais j’ai bien peurs qu’ils soient encore victime de cette fameuse transition qui a lieux en Normandie. Une transition énergétique dans l’agriculture? Vraiment?
    Vous savez ce que c’est que travaillez dans une ferme, même avec outils et machines, c’est epuisant!

    février 5, 2017

Trackbacks & Pingbacks

  1. Installation du groupe « Normandie Ecologie » au Conseil Régional de Normandie le 4 janvier 2016 | Haute-Normandie
  2. Installation du groupe « Normandie Ecologie » au Conseil Régional de Normandie le 4 janvier 2016 – Groupe des Elu-e-s régionaux Normandie Ecologie – EELV

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS

POUR UN NEW DEAL ÉCOLOGIQUE écologiste, conseiller régional de Normandie